Florence GUIMARD

J’ai surmonté les difficultés en faisant confiance au temps, en allant au combat sans aller au front mais en prenant le temps de trouver la stratégie adéquate…

FLORENCE GUIMARD

Cabinet MGL

L’entrepreneur charentais : Peux-tu te présenter ? Qui es-tu ? Ton âge ? Tes qualités ? Tes défauts ?

 

Florence GUIMARD : Je m’appelle Florence et je vais avoir 50 ans (déjà!). Pure charentaise, je me suis exilée en Bretagne durant 23 ans tout en revenant très régulièrement prendre ma dose d’air charentais. Je suis de retour depuis 2018. Rupificaldienne, avec toujours des attaches dans cette belle ville, je suis maintenant cognaçaise. Je suis aussi la maman de deux grands enfants qui ont aujourd’hui quitté le nid, ce qui a contribué à me donner la possibilité de me lancer dans ce projet d’entrepreneuriat. Pour ce qui est de mes qualités et défauts, je dirai que nous avons les qualités de nos défauts et inversement. Je vous laisse donc classer selon vos propres références. Toutefois, j’ai appris, avec l’âge, à dompter et gérer ce que je pense être des défauts. En vrac je noterai donc : avenante, souriante, bavarde, travailleuse, fort caractère, sociable, boudeuse, organisée, stratégique, calme, honnête, têtue…. Je vous laisse compléter la liste si nous avons la chance de faire connaissance. Professionnellement, je suis assistante sociale depuis 1994 et ai toujours travaillé en lien avec les missions de protection de l’enfance, avec un passage dans le logement. J’ai eu la chance de pouvoir faire plusieurs formations, dont une longue en analyse systémique (quel gros mot!!), qui m’ont aidées professionnellement mais aussi personnellement. Pour conclure, certains disent de moi que je peux être atypique, je vous laisserai vous faire votre propre avis!

 

E.C. : Comment es-tu « tombée » dans l’entrepreneuriat ? Raconte-nous.

 

F.G. : Un cumul de circonstances, assorti au fait d’avoir saisi les opportunités des rencontres au bon moment, m’a amené à réfléchir à mon projet d’entrepreneuriat. J’ai pu ainsi relier divers savoirs, savoir faire et savoir être pour créer une nouvelle forme d’activité libérale de mon métier. Cela correspondait aussi au bon moment, dans ma vie personnelle, pour me lancer. J’ai ainsi créé une spécialisation de mon métier en libéral pour accompagner les propriétaires bailleurs dans la gestion de leurs biens, de leurs relations avec leurs locataires par le biais de la médiation autant que faire se peut.

 

E.C. : Au fait, que fait ton entreprise ? Quels services proposes-tu ?

 

F.G. : Assistante sociale, je viens de m’installer en libéral en créant le cabinet MGL (Médiation et Gestion Locative). La base de mon métier est l’accès aux droits du public avec lequel je travaille. J’accompagne donc les propriétaires bailleurs pour la gestion de leurs biens mais aussi pour faire valoir leurs droits en cas de difficultés, voire de litiges avec leurs locataires. Je les oriente quand nécessaire (intervention d’huissier par exemple). Mes formations m’amènent à proposer une offre de gestion différente de celles habituellement connues. Sans s’opposer à l’existant qui peut être complété (auquel cas, une clause de non-concurrence s’établit), mes prestations contribuent à répondre à une partie des besoins des propriétaires bailleurs qui n’avaient, à ce jour, pas reçu la réponse escomptée.

 

E.C. : Quelle a été la plus grande difficulté à laquelle tu as dû faire face dans ton aventure ? Et comment l’as-tu surmontée ?

 

F.G. : Je suis actuellement en double activité pour m’assurer un filet de sécurité financière. Fonctionnaire de la Fonction Publique Territoriale, cela a été un vrai parcours du combattant pour obtenir l’autorisation d’avoir une activité libérale en plus de mon activité au Département. Je l’ai surmontée en faisant confiance au temps, en allant au combat sans aller au front mais en prenant le temps de trouver la stratégie adéquate, sans me précipiter pour, au final, obtenir ce que je souhaitais en dépit de tous les bâtons s’étant mis dans mes roues.

 

E.C. : Quelles sont les 3 plus belles réussites dont tu es heureux / fier ? Raconte-nous.

 

F.G. : Mes enfants et plus précisément avoir su les accompagner vers les jeunes adultes qu’ils sont devenus. Avoir réussi à faire comme le Phénix. M’être fait assez confiance pour créer le cabinet MGL

 

E.C. : C’est quoi le quotidien d’un entrepreneur (hors Covid…) ?

 

F.G. : C’est tout neuf donc difficile de répondre à cette question! Joker donc!

 

E.C. : Si ton entreprise était un animal ? Un objet ? Un livre ? Un bonbon ? Un pays ? Lesquels seraient-ils  ?

 

F.G. : Un papillon qui s’envole d’un vase posé à côté des 4 accords Toltèques dont la lecture est accompagnée de la dégustation d’un chocolat venu de Suisse.

 

E.C. : Chanceux ! Tu viens de tomber sur une lampe magique ! Tu peux réaliser 3 voeux ! Lesquels sont-ils ?

 

F.G. : 1) Avoir assez de clients pour pouvoir me concentrer uniquement sur mon cabinet et laisser mon autre métier. 2) J’ai écrit plus haut avoir fait le Phénix, j’aspire maintenant à profiter d’une route beaucoup moins accidentée que celle dont je suis sortie, même s’il y aura forcément quelques nids de poule voire erreur d’orientation. 3) Eviter la crise de la cinquantaine!!!

 

E.C. : Autre chose à nous dire ?

 

F.G. : Si j’en rajoute, vous allez dire que je suis bavarde!

Nouveau !
La dernière vidéo :
On voulait vous dire #6

On voulait vous dire #6

4 avril, 2022

Envie de participer à l'un de nos évènements ?

4 évènements par an de networking mêlant échanges, décontraction et convivialité.

Rejoindre la communauté
Communauté

Envie de communiquer auprès des entreprises ?

Les décideurs de Charente lisent l'Entrepreneur Charentais.

En savoir +